A la découverte d’un membre fondateur de l’ONGE Forestiers du Monde® ou la première création forestière, naissance d’un projet de vie.


Bien souvent et de façon tout à fait légitime, les citoyens que nous croisons dans le cadre des projets imaginés et portés par l’ONGE Forestiers du Monde® souhaitent connaître les membres fondateurs, leurs motivations profondes, leurs ambitions, soit encore ce  qui forge un engagement personnel bien souvent traduit sur le plan professionnel et enrichit par l’engagement associatif. Parler de soi n’est pas un exercice aisé ni facile. Mais nous tenons à accomplir néanmoins cet exercice par volonté de transparence.

Et pour engager cet exercice, Jean-Noël CABASSY a donc tenu par le présent article à présenter ce qui fut sa première création forestière personnelle. C’est aussi un des premiers retours sur le chemin d’une vie dans laquelle la forêt et sa protection constituent notre horizon.

Une nouvelle forêt au milieu des vignes !
Tout commence vraiment pour lui sur la propriété familiale sise sur la commune viticole de Lalande de Pomerol en Gironde (33). Bien que né à Beaune le 30 janvier 1968, il a passé son enfance en Gironde, son père, professeur de Physique – Chimie, également œnologue diplômé, ayant souhaité poursuivre sa carrière au lycée viticole de Libourne Montagne. C’est ainsi qu’il quitte avec sa famille la commune de Gigny en Côte d’Or (21) où il enseignait au lycée viticole de Beaune pour celui de Libourne Montagne.

Ce fut donc une enfance vécue sur la commune de Lalande de Pomerol (33). Reste que la vigne est alors à cette époque en cours d’expansion et gagne de nouvelles surfaces. C’est donc la mort dans l’âme qu’il assiste à l’âge de 7 ou 8 ans au défrichement du petit bois qui jouxtait la propriété familiale.
Ce bosquet abritait une source qui fut également drainée.
C’est probablement cet évènement parmi d’autres au nombre desquels on cite l’intérêt porté par ce qui relève du monde vivant développé par sa mère professeur de Biologie et la rencontre avec son épouse qui l’inscrit au concours de l’Office national des forêts qui fera de lui plusieurs années plus tard un citoyen forestier décidé à reconquérir des terres pour y bâtir de nouvelles forêts.

Faire soi même et commencer par agir chez soi !
Mais à 8 ans, pas facile de s’opposer aux pelles mécaniques et aux adultes ignorants de la chose forestière mais pas des notions commerciales attachées à l’accroissement des surfaces de production de vins, considérant un bosquet humide comme une site insalubre d’autant convaincus de la nécessité de défricher pour assainir et au passage accroitre encore un peu plus leur production viticole.
Il a donc opté pour le boisement de la propriété familiale. En effet, derrière la maison de la famille, la propriété comprend un terrain agricole au sein duquel son père commence à planter un verger.

Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Lui décide de s’approprier une bonne partie de ce terrain pour y planter des chênes qu’il sauve de la destruction en les prélevant sur les terrains voisins dont la prochaine transformation en terrain viticole est programmée. Les faits sont prescrits et ses connaissances sr les provenances des plants se limitaient à la germination des glands des chênes dont le sort était scellé !

Le domaine de la chênevelle; commune de Lalande de Pomerol. année 1978

Ainsi, il déterre des jeunes semis de chênes locaux apprenant au passage par l’effort ce qu’est un enracinement en pivot, les transporte de nuit sur une brouette pour éviter toute rencontre inopportune et les replante un à un sur ce terrain familiale d’environ 3000 m².

Le domaine de la chênevelle; commune de Lalande de Pomerol. année 1978
Il est tres probablement le seul gamin sur cette commune viticole à planter des chênes pour bâtir une petite forêt, une toute petite chênaie alors que le monde autour de lui ne jure que par les plants de vigne ! Peu m’importe ce qu’en pensent les viticulteurs voisins ! Lui, il boise ! Mieux, il reforeste d’autant que le lieu dit répond au joli nom de la Chênevelle !

Aujourd’hui, après plus de 40 ans, cette petite chênaie est magnifique. Elle abrite la vie, les lapins et les oiseaux y trouvent refuge et nous réveillent tôt le matin lorsqu’il passe quelques jours chez ses parents le printemps venu.

La première création forestière. Lalande de Pomerol. 2017.
  Elle procure aussi une ombre bienfaisante en pleine été. Désormais la maison familiale n’est plus visible, protégée par cet écrin de verdure !

La première création forestière. Lalande de Pomerol. 2017.
Engager la reconquête les surfaces forestières du monde avec les écoliers de tous les pays !

C’est probablement sa « part du colibri » à la reconquête forestière mondiale, convaincu que la mission du forestier ne se limite pas à gérer les espaces forestiers mais bien de convaincre tous les futurs citoyens du monde de l’impérieuse nécessité d’engager la reconquête forestière mondiale seule alternative pour préserver la biodiversité ordinaire comme remarquable, pour préserver les ressources en eau potable, redonner vie aux sols dénaturés par une agriculture intensive non maitrisée et lutter contre le réchauffement climatique.

La première création forestière. Lalande de Pomerol. 2017.

Aujourd’hui et depuis 2003, année de la fondation de l’association Forestiers du Monde® désormais Organisation Non Gouvernementale Environnementale (ONGE) avec ses 5 amis forestiers (Pascal OBSTETAR, François DUGAST, Sébastien NAVASQUEZ, Laurent GAUTHIER et Pascal CHARGERE),  il vit a nouveau en Côte d’Or (21) et ses amis et lui épaulent bénévolement des écoliers pour qu’ils apprennent à leur tour à bâtir des forêts pédagogiques biodiverses.

Travail en classe de Saint François de Sales

Apprendre aux écoliers bâtir des forêts biodiverses !

Si le travail et la vigilance des ONGE doit être poursuivi et encouragé, Forestiers du Monde® opte, quant à elle, pour la modestie des projets et propose de soutenir des écoliers pour qu’ils bâtissent, autour de leurs villages, de véritables forêts bio diverses.
Là ou des financements importants sont mobilisés au profit de tels programmes qui méritent bien souvent le qualificatif de sylvicoles et non pas de forestiers, Forestiers du Monde® prône une démarche pédagogique. Face au gigantisme, elle suggère des projets dont les coûts sont les plus faibles possibles (souvent limités à l’achat au plan local des matériels forestiers – plants d’essences adaptées et protections biodégradables). Face à la spoliation des droits des populations locales, elle prône que les créations forestières soient engagées par les écoliers qui n’en doutons pas seront les meilleurs gardes forestiers du monde.
Ainsi conçues, ces créations forestières pédagogiques bio diverses sont le fruit des seules décisions des communautés locales. Il leur appartient de rechercher le terrain sur lequel leur nouvelle forêt sera bâtie, d’en définir la surface, de sélectionner les essences forestières locales qui seront implantées au regard de l’objectif de développement optimal de la biodiversité ordinaire, d’impliquer les écoliers afin qu’ils réalisent eux- mêmes les plantations et le futur plan de gestion de la forêt ainsi installée.

La création foresrière pédagogique biodiverse de Morey Saint Denis. Janvier 2012.

A ce titre, Forestiers du Monde® promeut la création et l’animation par des citoyens natifs du pays des représentations nationales (Forestiers du Monde® – Cameroun, Forestiers du Monde® – Madagascar en projet, etc.) qui sauront intervenir au regard des contextes locaux, gage de réussite des projets.

Convaincus qu’une première création forestière pédagogique biodiverse suscitera l’émergence d’autres projets avec d’autres écoliers, nous portons l’espoir que ce soit ainsi toutes les générations d’écoliers qui bâtissent leurs forêts et apprennent à les gérer.

Bâtir des forêts pédagogiques biodiverses en France puis dans le monde entier
Bâtir des forêts pédagogiques bio diverses est une réponse durable pertinente à la déforestation et à la perte de biodiversité ordinaire parmi d’autres. Il s’agit bien de reconquérir à l’échelle de générations,  avec les communautés locales et à leurs rythmes, les surfaces forestières perdues au fil des décennies.

Les racines sont recouvertes de terre fine.
Les premières créations forestières pédagogiques biodiverses ont été réalisées en France, en Côte d’Or,  au cours des années scolaires 2003-2004 et 2004-2005. Un guide pédagogique gratuit à l’attention des professeurs, des élus et des écoliers intitulé « Bâtir la forêt. Ensemble développons la biodiversité et luttons contre l’effet de serre » (consultable sur notre site internet et adressé par voie postale sur simple demande) est alors publié et depuis l’idée fait son chemin et la démarche se développe : de nouveaux projets émergent chaque année : commune de Premeaux-Prissey (année scolaire (2006-2007),  commune d’Arleuf (année scolaire 2007-2008), commune de Villers la Faye (année scolaire 2008-2009), commune de Belleu (année scolaire 2008-2009), Commune de Lhuis (année scolaire 2009- 2010), commune de Morey Saint Denis (années scolaires 2009 – 2018), Commune de Saint Julien (années scolaires 2009-2020), Commune de Savigny-les-Beaune (années scolaires 2010-2015), Commune de Clénay, Commune de Saint Germain le Rocheux (années scolaires 2013-2015), etc. Lire à -ce sujet nos articles sur notre site internet www.forestiersdumonde.org

Création forestière pédagogique biodiverse d'Ouges. Année scolaire 2004-2005Noeline Ouges novembre 2007 reussie (Small)

« Les forêts précèdent les hommes, les déserts les suivent » écrivait François René de Châteaubriand. L’ONGE Forestiers du Monde® porte le vivant espoir et la douce folie de lui donner tort chaque nouvelle année scolaire en apprenant a de nouveaux écoliers comment bâtir de nouvelles forêts biodiverses.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *