Viticulture intensive ou protection de l’environnement ? Pernand-Vergelesses, commune viticole réputée, défriche 8 ha de forêt naturelle !


Le 28 mai 2019, répondant à l’appel du collectif « La Jeannie » composé notamment de 3 citoyens vignerons de Pernand Vergelesses se sont retrouvés à Pernand Vergelesses sur le lieu dit « Sur Forêts » des membres dudit collectif, des représentants de l’association « Les sentinelles de la Montagne Dijonnaise » ainsi que des membres de l’ONGE Forestiers du Monde®.

Commune de Pernand Vergelesses
Commune de Pernand Vergelesses

Dépités de voir qu’un espace naturel communal dont une forêt naturelle en pleine croissance allait encore être sacrifié sur l’hôtel du profit dans l’intérêt de quelques viticulteurs qui se moquent bien des bouleversements environnementaux majeurs de notre planète et de l’avenir de l’Humanité, des citoyens vignerons de Pernand Vergelessses se sont constitués en collectif « La Jeannie », pour tenter d’obtenir sa protection.

Réunion sur site "Sur Forêts" du 28 mai 2019
Réunion sur site « Sur Forêts » du 28 mai 2019

Vous trouverez sur le site https://www.pernandsurforets.fr/ tout l’historique de cette lutte citoyenne.
Ainsi, 4 ans à peine après l’inscription des Climats de Bourgogne au Patrimoine mondial de l’Humanité qui met en lumière les Côtes de Beaune et de Nuits, le conseil municipal de Pernand Verglesses sollicite désormais le défrichement de 8 ha de terrain communal sur lequel se développe une forêt feuillue naturelle.

La jeune forêt feuillue naturelle en pleine croissance

Cette jeune forêt feuillue s’installe naturellement 10 ans après la récolte d’un peuplement composé de pins noirs d’Autriche arrivé à maturité et présentant les premiers signes de dépérissements. En lieu et place de ce peuplement de pins noirs, espèce non autochtone, introduite en Bourgogne, une jeune forêt feuillue composée de chêne, érable sycomore, frêne, hêtre, alisier torminal, sorbier des oiseleurs, bouleau, etc. s’installe sur ce terrain qui bien que classé en AOC n’a jamais été cultivé de mémoire d’homme. Sans doute les anciens savaient ils que ce terrain culminant – un plateau – n’a rien de propice à la culture de la vigne !

Après la récolte des pins noirs, une magnifique régénération naturelle feuillue s’installe !


C’est pourtant pour y cultiver la vigne que le conseil municipal de Pernand Vergelesses a sollicité et obtenu le 11 septembre 2009 l’autorisation du préfet de Côte d’Or de défricher.

Ainsi en lieu et place d’une forêt feuillue en mesure d’abriter toute les espèces locales de faune et de flore autochtones, d’assurer la protection des sols et épargner des nappes souterraines des pollutions liées aux traitements viticoles, le conseil municipal de Pernand Vergelesses, loin de veiller à l’intérêt général communal, veut défricher et louer à une dizaine de viticulteurs cet espace naturel. Notons qu’un seul serait de Pernand, tous les autres viendraient d’autres villages situés à 4 ou 5 km de Pernand . Ce seront ainsi en cumulé sur des dizaines d’années de viticultures intensives, des milliers de litres de produits toxiques de traitement de la vigne qui seront régulièrement déversés. Ce seront des sols naturels à jamais bouleversés !

Voici le lien vers le site de la Mairie de Pernand-Vergelesses où vous trouverez tout au bas de la page le PDF du rapport final de l’écologue : Diagnostic écologique « Sur Forêts ».
https://www.pernandvergelesses.fr/conseil-municipal/

Les défis qui attendent les générations futures sont immenses : restaurer la biodiversité ordinaire comme remarquable, lutter contre l‘accroissement d’origine anthropique de l’effet de serre, restaurer le qualité des eaux, lutter contre la déforestation. Et en 2019, le conseil municipal de Pernand Vergelesses qui adhère à la charte territoriale des climats du vignoble de Bourgogne signé le 8 avril 2011 au château du clos de Vougeot s’est engagé a développer, par inscription dans son document de planification urbaine une trame écologique composée donc de grands ensembles naturels et de corridors.
Alors que l’inscription des Climats de Bourgogne au Patrimoine mondial de l’Humanité met en lumière les Côtes de Beaune et de Nuits, qui s’étirent sur soixante kilomètres, le long d’une grande faille géologique, ainsi que les villes de Dijon et Beaune, peut on accepter aujourd’hui le défrichement d’une forêt naturelle en croissance de plus de 8 ha ?


Ce modèle mondial de viticulture de terroir, veut-il être associé à la déforestation de son propre territoire ?
Cette inscription des Climats de Bourgognes au Patrimoine mondial de l’humanité exprime la volonté de préservation et de valorisation de ce paysage culturel unique, émaillé de noms originaux et évocateurs. Elle pourrait, si le conseil municipal de Pernand Vergelesses ne change pas rapidement d’avis en classant en réserve naturelle communale volontaire cette jeune forêt naturelle être désormais associé à la volonté de porter volontairement atteinte à l’environnement naturel, bien commun de l’humanité.
Nous invitons tous les citoyens désireux d’assurer aux générations futures un avenir viable de se saisir de cette cause et de faire savoir leur désaccord et l’irresponsabilité des élus de Pernand Vergelesses.
Nous invitons également à la dizaine de viticulteurs locaux qui ont signé ou vont signer le bail d’exploitation de ces parcelles forestières qui restent à défricher et dont les noms et la réputation seront à jamais associés à la déforestation locale à renoncer à cet écocide !

Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *