Mission mauritanienne Cigogne Noire du 22 au 25 octobre 2020.   Mise à jour récente !


Dans le cadre de sa thèse sur l’écologie de la Cigogne noire (Ciconia nigra) au cours des périodes de migration et reproduction et d’hivernage, M. Mohamed Lemine AHMED MANI,  citoyen mauritanien membre de l’ONGE Forestiers du Monde®,  a réalisé une mission sur le terrain au Parc National du Diawling (PND) au sud de la MAURITANIE du 22 au 25 octobre 2020 dans le but d’améliorer nos connaissances sur l’hivernage de la cigogne noire.

Mohamed Lemine AHMED MANI

Depuis 6 ans, une cigogne noire (Anthéa), nicheuse en FRANCE, fait l’objet d’un suivi satellitaire entre sa zone de nidification en France et sa zone d’hivernage en Mauritanie.

Cette cigogne noire a été équipée en 2015 d’une Balise Argos-GPS, permettant d’obtenir des localisations, transmises toutes les heures, avec une précision proche de dix mètres. Ce suivi satellitaire, sur du long-terme, a permis d’obtenir les 11 trajectoires de migration pré et postnuptiales, ainsi que la localisation des aires d’hivernage et de reproduction sur six années consécutives.

Premier constat, cette cigogne noire (Anthéa) a montré une fidélité importante pour une même zone d’hivernage située en Mauritanie, qu’elle rejoint chaque année via Gibraltar, depuis la France où elle niche.

A l’issue de sa migration postnuptiale, qui dure une quinzaine de jours, l’oiseau débute chaque année son hivernage dans le PND. Au cours de cette période, cette cigogne fréquente la zone humide classée Zone Naturelle Protégée (ZNP) de Guelibou dans un périmètre assez restreint de quelques hectares. Elle s’y alimente sur des mares en voie d’assèchement et le long des cours d’eau de faible profondeur, ou se repose sur des perchoirs situés à proximité et servant de remises nocturnes, lui permettant ainsi d’assurer sa tranquillité et sa protection face aux dangers.

Localisation de la cigogne noire et la distribution d’Anthéa

Nous avons pu également localiser et identifier les sites d’hivernage d’autres cigognes noires.

Par ailleurs, nous avons mesuré les paramètres physico-chimiques de l’eau et le niveau d’eau dans le PND et sa zone périphériques.

Quatre missions ont déjà eu lieu en 2015 A. Diarra, Zeine, 2016 A. Diarra, Zeine, P. Brossault 2017 Zeine, B. Koita, P. Brossault. 2019  P. Brossault, Ahmed Ali Minatt garde et guide du parc, AbdeljebbarQninba directeur de thèse, Mohamed Lemine Mohamed Hacen thésard, Halima Bousadik photographe animalière. A chaque fois, des cigognes noires ont été observées en vol, jusqu’à sept individus ensemble.

Grâce aux dernières positions GPS du 22 au 28 octobre 2020, nous avons visité la zone d’Anthéa, mais la zone est inaccessible à cause du niveau de l’eau.

Durant nos séjours sur le terrain nous avons observé plusieurs cigognes dans le parc national du Diawling.

On peut conclure que durant la période d’hivernage les Cigognes noires sont fortement dispersées dans les quartiers d’hiver.

La cigogne Anthéa a montré une fidélité importante pour une même zone d’hivernage située en Mauritanie, qu’elle rejoint chaque année via Gibraltar, depuis la France où elle niche.

A l’issue de sa migration postnuptiale, l’oiseau débute chaque année son hivernage au début d’octobre dans le Parc National du Diawling (Mauritanie). Au cours de cette période, cette cigogne fréquente la zone humide classée Zone Naturelle Protégée (ZNP) de Guelibou dans un périmètre assez restreint de quelques hectares. Elle s’y alimente sur des mares en voie d’assèchement ou bien des cours d’eau de faible profondeur, ou se repose sur des perchoirs situés à proximité et servant de remises nocturnes, lui permettant ainsi d’assurer sa tranquillité et sa protection face aux dangers.

Le résultat du suivi hydrologique montre que la Cigogne Anthéa n’est pas du tout touchée par le niveau d’eau des bassins, elle est dans la zone de N Diago avec un niveau d’eau « non contrôlé » directement en relation avec le fleuve.

On peut conclure que durant la période d’hivernage les Cigognes noires sont fortement dispersées dans les quartiers d’hiver.

L’analyse des paramètres physico-chimiques de l’eau montre que la cigogne fréquente l’eau saumâtre.

Pour tout contact dans le cadre de l’ONGE Forestiers du Monde®

  • Mauritanie : Mohamed Lemine AHMED MANI ( courriel: medlemin1112468@gmail.com)
  •  France: Paul BROSSAULT (courriel: paul.brossault@gmail.com)
Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *