L’ONGE Forestiers du Monde® s’oppose à l’extension en forêt du circuit automobile Dijon-Prenois. 2


Un collectif de citoyens s’est constitué en vue de s’opposer au projet d’extension du circuit automobile de Dijon-Prenois en forêt publique. Mr François JARRIGE, membre actif de ce collectif, a contacté l’ONGE Forestiers du Monde® afin de faire connaissance et étudier les modalités les plus efficaces et mobilisatrices permettant d’empêcher toute extension du circuit automobile de Dijon-Prenois en zone forestière sur une surface de 50 ha de forêt communale de Prenois relevant du régime forestier. Une première rencontre s’est tenue samedi après midi 15 décembre 2018 sur le terrain.


Au titre de Forestiers du Monde® étaient présents Messieurs Bernard LECLERCQ, Docteur d’Etat en écologie, référent « Ecologie forestière » et Jean-Noël CABASSY, Co-président. Mr Vincent DERAIN, conseiller municipal de Prenois était également présent. Le collectif local citoyen travaille à la constitution d’une association.
L’ONGE Forestiers du Monde® apportera tout son concours, ses compétences juridique, forestière et naturaliste à l’association locale en voie de constitution afin de s’opposer au projet d’extension de ce circuit automobile aux titres de la protection élémentaire des forêts, de la lutte contre le changement climatique, de la lutte contre la bétonisation des sols (un département français tous les 7 ans !) et de la conservation de la biodiversité ordinaire.
L’ensemble des associations naturalistes locales seront sollicitées afin de porter une attention particulière sur la surface forestière objet de la demande d’extension afin d’alimenter un dossier sur la faune et la flore remarquables identifiées dans les zonages de type ZNIEFF I et II concernés par le projet d’extension du circuit automobile en forêt publique.
Le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) de Bourgogne-Franche-Comté dont le président est le forestier Mr Vincent GODREAU sera également saisi afin qu’il puisse veiller à ce que le patrimoine naturel local soit bien inventorié et que les dispositions soient prises pour assurer sa conservation.
On fera observer que la Mission Régionale d’Autorité Environnementale de Bourgogne -Franche-Comté dans son avis n°2017ABFC44 du 12 octobre 2017 a déjà indiqué que « l’extension de ce circuit automobile n’est ni justifiée au regard de besoins avérés, ni réellement prise en compte dans les incidences environnementales alors qu’elle impacte un espace forestier et sa biodiversité, d’une part et n’est pas neutre en termes de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique d’autre part ».
Si le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes a été définitivement abandonné, on peut estimer que l’extension d’un circuit automobile destiné à faire tourner pour le plaisir des voitures en rond n’a aucun sens en 2018 et pour les décennies à venir.
Enfin, l’ONGE Forestiers du Monde® sera vigilante quant au respect des procédures de distraction – application du régime forestier et défrichement le cas échéant. Forestiers du Monde® précise qu’en cas d’infraction à la législation forestière donnant lieu à rédaction d’un procès verbal de constatation d’infraction, elle se constituera partie civile.

Rencontre du 15 décembre 2018 circuit automobile Dijon-Prenois
Rencontre du 15 décembre 2018 circuit automobile Dijon-Prenois
Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “L’ONGE Forestiers du Monde® s’oppose à l’extension en forêt du circuit automobile Dijon-Prenois.

  • Roland ESSAYAN

    « rouler vite pour revenir à son point de départ, c’est insensé » disait le regretté Albert Jacquard. On pourrait rajouter : « en grillant des réservirs de carburant et en polluant », sans parler des nuisances sonores, qui parviennent jusqu’à Fontaine-lès-Dijon, les jours de vent du NW. Il est tout-à-fait aberrant que pour satisfaire les loisirs de quelques dizaines de fortunés, dont l’explosion du marché des yatchs, des golfs et des voitures de luxe en sont les artifices les plus indécents.
    détruire 50 ha de forêt (chênaie-charmaie calcicole) qui servent de refuge bilogique appréciable, et qui recèlent probablement, sur la commune de Prenois des espèces patrimoniales (les inventaires nous le diront) est totalement impensable. Un tel projet écocide ne doit pas voir le jour, ce serait une insulte à toutes les prises de conscience. Gageons que l’opposition saura se faire entendre et aura le soutien de la population, vu l’intéêt improbable de ce loisir d’un autre temps. Signé un biologiste qui aimait les coures auto et Michel Vaillant quand il était gamin, au siècle précédent

    • Jean-Noël CABASSY

      Mr Roland ESSAYAN, Bonjour. Merci pour votre soutien. Aujourd’hui ce premier combat pour préserver les 41 hectares du bois de Chomard est gagné. Mais l’objectif est bien d’éveiller les consciences sur l’imbécilité qui consiste à faire concourir des citoyens pour désigner lequel d’entre eux est le plus rapide lorsqu’ils tournent tous en rond. Notre civilisation moderne nous permet de libérer du temps que nous gaspillons non pas pour nous cultiver, mais pour jouer à la course et qui plus est en gaspillant l’énergie et en polluant la planète. De son côté l’ONGE forestiers du Monde® continue inlassablement d’apprendre à des écoliers à bâtir de nouvelles forêts biodiverses afin d’engager la reconquête forestière de notre Terre. La direction du circuit automobile de Dijon-Prenois devra désormais compter avec une opposition de plus en plus farouche et déterminée à mettre un terme à cette aberration qu’est aujourd’hui un circuit automobile. N’oublions pas que 30 juin 2068 (fin du bail emphytéotique), cette infrastructure reviendra en pleine propriété à la commune de Prenois. Nous avons donc 50 ans pour la transformer afin qu’elle soit utile à la préservation de la vie sur Terre et non mortifère. Nous pouvons d’ores et déjà imaginer qu’elle devienne un musée de la folie mécanique des hommes inconscients et profanateurs de la nature qui sera visité par les écoliers afin qu’ils découvrent comment les citoyens des générations avant eux ont été embarquées dans cette course folle et suicidaire dont la forêt paye toujours le prix fort. Salutations forestières citoyennes. Jean-Noël CABASSY Forestiers du Monde®